Femme, c’est ta journée!

Le 8 mars, date reconnue internationalement comme étant la journée de la condition féminine. Tantôt célébrée, tantôt décriée, et ce, le plus souvent par les féministes elles-mêmes, cette journée est l’occasion de revendiquer encore et toujours l’égalité entre les hommes et les femmes. Il s’agit de faire un bilan sur la situation des femmes, de souligner leur place au sein de la société et leur rôle au sein de la famille. Partout, dans le monde, des groupes et associations féministes préparent des manifestations pour faire aboutir leurs revendications et fêter les victoires et les avancées en la matière.

La tradition trouve son origine dans les manifestes des femmes au début du XXè siècle en Europe et aux Etats-Unis. Les travailleuses réclamaient de meilleures conditions de travail, l’égalité des droits et le droit de vote qui sera pensé dès le XVIIIè siècle puis progressivement accordé les sièclessuivants selon les pays. Les Nations Unies ont officialisé la Journée de la Femme en 1977 invitant chaque état à célébrer une journée pour le droit des femmes. Au Canada, la Journée internationale de la femme est célébrée depuis plus de 100 ans. Au cours de cette période, des progrès importants ont été accomplis dans la poursuite de l’égalité entre les sexes. De la working girl superpuissante des années 80 qui se vantait de concillier vie de famille et carrière professionnelle à celles qui ont fait le choix délibéré de revenir au foyer pour s’occuper de leurs enfants, la journée de la femme est un écho international sur l’évolution de ses différents combats à travers les époques.

Les inégalités entre homme et femme ont toujours existé. Ce qui a changé, c’est la prise de conscience que les femmes prennent progressivement de leur condition sociale. Les femmes sont de moins en moins enclines à accepter une situation dictée souvent par la morale religieuse, traditionnelle et patriarcale. Cependant, une conscience de la disposition féminine existait déjà sous l’antiquité. Des femmes se rassemblaient en petit groupe et récitaient des poèmes sur leur condition sociale. L’Egypte des pharaons vénérait ses femmes pharaons au même titre que les hommes. Sauf qu’il s’agissait pour les femmes d’imiter les hommes, de leur ressembler pour accéder aux mêmes fonctions, de gommer toute trace de féminité. En quelque sorte, pour être une femme respectée, il fallait agir en homme. La reine Hatchepsout régnait d’une main de fer parée des attributs masculins du pharaon et portant la barbe postiche.

C’est à partir du XXè siècle que se développe la prise de conscience de la situation des femmes. Les premières revendications portent d’abord sur de meilleures conditions et considérations au travail. La création de la journée internationale de la femme remonterait à une manifestation d’ouvrières américaines du textile en 1857. Si le fait historique est largement relayé, il est aussi contesté car aucun journal américain de l’époque ne mentionne une quelconque grève des ouvrières.

Cependant, les spécialistes de l’histoire dont remarquer que 1857 est la fate de naissance de Clara Zeitkin, grande figure du féminisme mondiale, à l’origine de la proposition de créer une journée de la femme en 1910. En revanche, un événement historique a bien eu lieu le 25 mars 1911 à l’usine de textile Triangle de New York où 146 personnes, la plupart des femmes et des jeunes filles sont mortes brûlées vives parce que leurs patrons les avaient enfermées à l’intérieur pour réprimander les incessantes grèves qu’elle menaient pour revendiquer leurs droits sociaux. Tous les ans, ce fait historique est rappelé et commémoré lors des journées dédiées aux femmes.

A partir des années 70, plusieurs chercheurs ont démontré ce qu’ils percevaient comme “un biais sexiste des sciences sociales”, ‘est a dire que les femmes ont toujous été absentes des chapitres de l’histoire en tant qu’objet d’étude. Au cours du XXè siècles, plusieurs événements socio-politiques dans le monde, et notamment en Europe, ont donné aux femmes un terreau pour permettre un soulèvement de masse  et de revendications.

L’actualité leur a permis d’occuper une place prépondérante dans le débat civil et politique, comme les événements de Mai 68 en France où les femmes, parallèlement aux rvendications estudiantines défilaient dans les rues en brûlant leur soutien-gorge. La place des femmes est actuellement un enjeu politique et d’actualité important, comme par exemple, au Québec, où la Fédération des femmes initia la Marche mondiale des Femmes contre la pauvreté et la violence faite aux femmes permet la participation concrète de 6000 groupes de 161 pays différents.

En Ontario, chaque année, le gouvernement célèbre des dates importantes pour les femmes et donne l’occasion à toutes les Ontariennes de s’informer sur la lutte pour l’égalité des femmes, de mieux connaître les événements historiques et de comprendre les questions relatives aux femmes. Chaque mois de mai depuis 1988, les associations féminines et les collectivités de toute la province célèbre le mois de la prévention de l’agression sexuelle.

Dès 1910, date à laquelle Clara Zetkin proposa une journée internationale de la femme, des manifestations sont organisées partout en Europe pour des revendications comme le droit de vote qu’elles obtiendront lentement et progressivement selon les pays. Au Canada, le droit de vote au niveau fédéral est officiellement entré en vigueur en 1919. Le Manitoba est la première province à accorder le droit de vote aux femmes depuis 1916. IL faudra attendre 1940 pour le Québec.

Les revendications féminines portent aussi sur l’éducation et la scolarisation des femmes dans le monde, les conditions de travail, l’égalité des salaires et la possibilité d’occuper des fonctions égales aux hommes. Chaque année, la journée internationale de la femme met en lumière une problématique. En 2010, la parole fut fonnée aux femmes déplacées par les conflits armés de par le monde avec l’accent porté sur la pauvreté et les vioelnces faites sur les femmes en tant de guerre. En 2011, c’est plus précisément les viols et les autres formes de violences sexuelles comme l’atteinte à la dignité et à la vie des femmes. En 2012, le Canada célèbre la force des femmes et leur engagement dans les collectivités rurales, éloignées et nordiques. Le thème retenu souligne le rôle que jouent les femmes dans la prospérité économique des régions rurales et éloignées. La Journée internationale de la femme est célébrée depuis plus de 100 ans.

Sabrina Delors pour L’Express de Toronto 2013

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s