Profession : Videurs de nuit !

Quand on fait la queue, on pense quelque part un peu à lui. Car, mine de rien, c’est de lui que dépend la soirée. Si on y entre. A moins d’être sa soeur, son voisin de palier ou la nouvelle star, le videur de nuit vous a dans le colimateur. Le portier, l’agent de sécurité fait partie incontournable de la nuit et s’installe juste devant l’entrée du paradis, gardant jalousement l’entrée et vous y fera entrer si vous êtes sage et bien habillé. Et on a tous une connaissance qui le connait et qui vous le fera savoir tôt ou tard parce que oui, connaître le videur, c’est un peu côtoyer les paillettes ou, du moins, s’assurer que tout va bien dans le meilleur des modes puisqu’on a réussi à passer la sélection et le fameux “Non, ça ne va pas être possible!”

image

 

1320-votre-nouveau-meilleur-ami-article_top-1

“Ca ne va pas être possible!” !

Rencontre avec les élucubrations de 3 videurs de nuit.

“La nuit n’a pas la même logique que le jour.”
capture-decran-2017-01-29-a-17-00-53
Le portier a un super pouvoir quand même…
Raoul :  Ah oui forcément! Mais ça dépend de la personnalité. Il y a ceux qui savent gérer le truc et ceux qui en porfitent. Ces derniers auront, évidemment, des problèmes.

Comment est perçu ton métier ?
Raoul : Assez négativement. Un mélange d’attraction et de répulsion que l’image sociale du videur renvoie. Quand je dis “répulsion”, je pense à la frustration des gens quand on les refoule. Quelque part, il y a toujours un peu d’abus de pouvoir mais un bon portier est un employé qui sait, avant tout, comprendre les gens.

Pas un peu frustré de rester dehors, à la porte, quand tout le monde danse à l’intérieur ?
Raoul : Non, parce que mon travail m’impose de rester à l’écart. Mais, quand il y a un morceau que j’adore, je me mets à côté du sas et j’esquisse quelques pas de danse tout seul ou avec quelques amis.

Pourquoi le videur a-t-il toujours plein d’amis ?
Raoul : Parce que l’on fait partie de la nuit. Je travaille dans un milieu où les liens se tissent plus facilement mais je ne reste pas dupe sur le jeu superficiel. La boite pour laquelle je travaille n’est pas un endroit select alors mon seul souci est de bien accueillir les gens et de faire en sorte qu’ils passent une bonne soirée.

Des regrets quand vous refusez quelqu’un ?
Raoul : Oui. Si c’est une personne que je ne connais pas, je garde mes états d’âme pour moi. Si je la connais, j’essaie de la recontacter plus tard et de lui expliquer pourquoi je l’ai refusée.

Raoul, videur depuis 3 ans à l’Ambassade (Lyon)
Aime son métier pour la liberté qu’il lui procure,
N’aime pas le style un peu trop marginal de la nuit.

“Je n’aime pas les prises de tête et les gens qui n’écoutent pas le motif de leur refus.”
capture-decran-2017-01-29-a-17-05-34

Penses-tu que le videur a un pouvoir sur les gens ?
Dez : Non. Beaucoup de videurs croient que l’établissement leur appartient! Les gens nous disent souvent “Ce n’est chez ton père, ici!”. J’ai rarement été refusé de boite de nuit mais franchement je les comprends. Malheureusement, beaucoup de videurs pensent qu’ils ont un pouvoir, c ‘est une sacrée connerie.

Comment les gens percoivent-ils ton métier ?
Dez : Comme quelqu’un qui n’a rien d’autre à faire et qui veut rencontrer des filles. Des fois, en rentrant chez soi, on se demande pourquoi on fait ce métier. En général, je dis que je suis boucher. C’est assez drôle parce que tout est lié sur l’apparence et non plus sur la personne. Ce que tu fais compte beaucoup maintenant. Je n’ai pas honte de mon métier mais ça fait frimeur!

Est-ce un bon plan pour rencontrer des filles, justement ?
Dez : Sincèrement…pour certains, oui! Parce que moi, je n’ai jamais attendu d’être à la porte d’une boite de nuit pour rencontrer une femme. Mais certaines filles se donnent tellement facilement. Au début, c’est agréable mais ensuite, c’est usant!

Pas un peu frustré de rester dehors, à la porte, quand tout le monde danse à l’intérieur ?
Dez : Pas du tout. J’en ai déjà profité. Au contraire, des fois, je suis même plutôt pressé de rentrer chez moi!

Pourquoi le videur a-t-il toujours plein d’amis ?
Dez : C’est du cinéma tout ça! Les amis ? Non, c’est trop facile! On se connaît, on se fait la bise, on discute mais…non, je ne crois pas à ces amitiés autour d’une porte de boite de nuit. C’est “tu me donnes, je te donne!” Et, c’est vrai que j’ai plein de réductions dans les magasins…! (rires)

Des regrets quand tu refuses l’entrée à quelqu’un ?
Dez : Ca m’est arrivé. J’aime bien quand la personne refoulée reste calme car un “non” peut se tranformer en “oui” mais souvent, ils ne comprennent pas.

Dez, videur depuis 3 ans au Cube à Lyon.
Passionné par la musique, le cinéma, le sport.
Aime son métier parce que cela lui permet de découvrir pleins de choses.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s